Bon, Jean… Parlons-nous.

Ah! Mon Johnny Boy… On a beau n’avoir jamais jasé ensemble, comment se fait-il que j’ai l’impression de vous connaître comme si je vous avais tricoté?

Peut-être que les nombreux billets que je vous ai adressés perso me donnent l’impression qu’on entretient un genre de dialogue de sourds?

Peut-être parce que je sais que vous savez que j’ai déposé la pétition qui vous a emmerdé alors que vous étiez à Paris et qu’on vous a relancé sur le sujet?

Jean, j’ai quasiment l’impression que vous allez débarquer sur mon patio afin de concocter votre célèbre carré d’agneau. Quitte à me le pitcher dans le front.

Je voulais juste vous dire, ce soir, Jean, que….

- Sans les magouilles évidentes en matière d’octroi de contrats, il y aurait moins de gens dans la rue.

- Sans le mépris évident que vous avez pour les moins de trente ans, il y aurait moins de gens dans la rue.

- Sans vos ricanements puérils à l’assemblée nationale, il y aurait moins de gens dans la rue.

- Sans votre refus d’assumer votre rôle de chef d’État, il y aurait moins de monde dans la rue.

- Sans votre obstination à vous cacher derrière vos ministres, il y aurait moins de monde dans la rue.

- Sans vos tentatives de cacher ce qui saute aux yeux de tous – un gouvernement fatigué et infiltré -, il y aurait moins de monde dans la rue.

Et j’en passe. Vous le savez mieux que moi.

L’ultime spasme qu’est la Loi 78, conjugué aux révélations à venir de la Commission Charbonneau, vous donneront, à jamais, l’image d’un pleutre.

Ça ne vous tente pas, Jean, de faire ce qu’il faut, là? Il est tard, j’en conviens. Mais vous pouvez encore vous en sortir avec un minimum de décence.

À vous de jouer, Johnny Boy.

2 Réponses à “Bon, Jean… Parlons-nous.”


Laisser un Commentaire




Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Post scriptum
| Partager des mots
| catherinerobert68