• Accueil
  • > Archives pour janvier 2012

Archive mensuelle de janvier 2012

Buffet chinois

Je ne reviendrai pas de façon particulière sur le cas du transfuge Rebello. D’autres l’ont fait amplement, je tiens à rester polie et ma mère m’interdit de prononcer des gros mots… :-)

Je suis souverainiste depuis bien avant que j’aie obtenu le droit de vote. J’ai eu mes périodes de doute, de remise en question, de déception. Je ne suis plus membre du Parti Québécois depuis 2008. Mais je demeure convaincue que de devenir un pays est l’aboutissement logique de ce que nous sommes comme peuple.

Cela dit, j’ai toujours respecté les opinions différentes. Ça fait partie de ma personnalité: j’aime débattre et avec un adversaire qui a des arguments bien développés et bien envoyés, je ressens plaisir et respect. Pas pour rien que j’adorais plaider! Par contre, ne mettez pas devant moi un vire-capot, un roseau qui plie dans le sens du vent car je vais lui arracher la langue. 

Ce n’est donc pas, en soi, le rejet de la souveraineté par la CAQ qui me fait sortir de mes gonds. Chacun son option.

La CAQ m’apparaît comme un immense buffet chinois. Le proprio qui se fait sécher les dents à l’entrée vous accueille en disant « Oui, oui, il y a exactement ce que vous voulez dans notre menu! Des vrais mets chinois? Bien sûr! Des mets italiens? Absolument! De la poutine? Et comment! » Sauf que lorsque vous commencez à manger, vous vous rendez compte que ça goûte soit rien, soit la schnoutte. Car on ne peut pas servir de tout à toutes les sauces et faire plaisir à tout le monde.

J’imagine une réunion de caucus avec Deltell, Rebello, Legault et Bonnardel, au sujet des frais de scolarité, par exemple. Deux façons complètement différentes de voir les choses, deux philosophies de société qui s’affrontent. Et il en sera de même sur tous les sujets. 

Legault peut bien dire qu’il se détourne de la souveraineté le temps de renforcer le Québec d’un point de vue économique et social. Mais c’est justement sur ces questions que les différences de visions ne peuvent être réconciliées! En santé, en éducation, en économie, en services sociaux, on tire vers la gauche ou la droite, c’est inévitable.

Est-ce que les Québécois vont accepter l’invitation – avec carte de membre gratuite – au buffet chinois? Possible. On a tendance a être ben cheap parfois. Mais on le regrette toujours…

L’éternel absent

Il devait avoir 18 mois la première fois où ça m’a frappée. En fait, j’ai eu l’impression de me prendre un 2 par 4 dans les dents. J’étais encore une apprentie-maman. Angoissée, culpabilisée et stressée.

« Votre fils fait des otites à répétition car il a des végétations trop importantes dans les sinus… »

Des végétations? Heu… De kessé? Des images de jungle amazonienne me traversaient l’esprit. Dans cette petite tête charmante? Dans ce nez aux narines si petites?

« Il faudrait l’opérer pour retirer ça. Ça l’aiderait à mieux respirer… »

Respirer? Il ne respire pas bien mon pinouchet? Opérer? Dans le sens de l’endormir pis je ne suis pas à côté de lui pis vous lui faites des trucs pis je ne peux pas lui tenir la main et lui dire maman est là?

J’ai dit oui. J’ai signé. Pour qu’il respire mieux. J’ai maudit le ciel d’être obligée de prendre cette décision seule. J’aurais voulu partager cette responsabilité. Me sentir moins « totalement responsable ». Impossible. Son père était mort 10 mois plus tôt.

Avancée rapide. Janvier 2012.

Le téléphone sonne. Un mec au bout du fil me demande de valider mon consentement à ce que mon fils de 16 ans (et demi) se fasse percer les deux oreilles à l’aiguille. 

« Maman, je ne veux pas agrandir plus que 8 mm. Ce n’est pas beaucoup, tsé. »

Ce n’est pas une surprise. On a discuté de la chose. Mon fils, ce mec fabuleux que j’aurais aimé connaître à 16 ans, me raconte tout. Ou presque, j’imagine. 

C’est ton corps, lui ai-je dit. 

Depuis qu’il est petit que je lui dit que son corps lui appartient et que personne ne peut y avoir accès sans son consentement. Difficile après ça de dire « ça t’appartient mais c’est maman qui décide ».

Alors j’ai, une fois de plus, donné mon consentement. Et, une fois de plus, j’aurais aimé savoir ce que son père en pense…




Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Post scriptum
| Partager des mots
| catherinerobert68