• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Archive mensuelle de septembre 2010

S’auto-exclure

J’ai longtemps pensé qu’à force de travail et de détermination, on pouvait réussir à atteindre un objectif. Que si on était honnête et généreux, ouvert sur les autres, la réciproque allait de soi. J’adopte cette attitude dans ma vie personnelle et professionnelle.

J’ai également toujours défendu le principe de l’égalité des chances. Des cliques, au Québec? Ben non! On m’a déjà demandé « Comment penses-tu faire ta place dans un milieu où tu ne connais personne, où tu n’as aucun contact, pas de mononcle ou de matante ben plogués. De plus, tu vis à Québec! » Naïvement, je ne voyais pas où se situait le problème. Dans ma petite tête de linotte, j’étais convaincue du pouvoir de la détermination et de l’originalité. Sans tomber dans le scandale. Ou le « lichage ». Ou pire…

What a fool I was…

Je crois beaucoup dans la solidarité. Depuis des mois, je suis à l’affût de ce qui se fait d’intéressant comme initiatives, que ce soit en matière de romans, de blogues, de spectacles, d’émissions de télé, etc. Plus particulièrement sur Twitter. J’ai développé un réseau de connaissances intéressant, certains de ces « contacts » sont même devenus des amis. Et je me suis fait un devoir et un plaisir d’encourager tout le monde dans leurs projets, avec enthousiasme, en diffusant le plus largement possible leurs nouvelles, dans la mesure de mes moyens.

Mais j’aimerais comprendre ce qui motive, par exemple, un auteur dont j’ai diffusé la bande-annonce ad nauseam à faire semblant que les teasers que j’ai produits pour SLT2 passent dans le beurre, alors que, qu’on aime ou pas, ils constituent une approche novatrice de la promotion d’un roman. Et si, en plus, cet auteur se targue d’être un « dénicheur » de trucs originaux sur le web, je crisse le camp en bas de ma chaise. Tu n’aimes pas mon livre? Je m’en fout! Je n’ai aucune envie de lire le tien non plus. Mais je suis assez ouverte pour être solidaire.

Un aspirant humoriste monte son propre show? Je RT ses messages à tous les jours pour inciter les gens à acheter des billets. J’en parle autour de moi. Un gosseux d’internet a une approche originale? Je commente, RT, diffuse. Un bonze de l’industrie qui n’a pas besoin de publicité monte un show bénéfice? Je RT, achète des billets, commente avant, pendant et après.  Un théâtre présente une nouvelle pièce? Allez, on RT en gang car le théâtre, ce n’est pas facile! Un auteur qui publie à la même maison d’édition que moi? Ah ben là, regardez-moi allez, je pimp la chose à son maximum. En général, dans ce cas particulier, la réciproque est vraie. Sauf une flamboyante exception.

Je fais tout ça car je crois profondément que la solidarité, particulièrement dans un pays où les artistes, se doivent de se serrer les coudes pour survivre, est essentielle. J’ai essayé d’apporter mon grain de sel dans cet univers. J’ai écrit un roman dans un style populaire qui traite de questions importantes, je crois: harcèlement sexuel, inéquité devant la justice, prostitution. Le choix du traitement est volontaire: rendre accessible, sensibiliser, tout en divertissant. Je me suis penché sur la question du web vs la mise en marché des livres. Comme, perso, je n’aime pas les bandes-annonces qui nous montrent les personnages et qui imposent un ton de lecture, j’ai opté pour des clips différents.

Si je suis déçue de cette aventure? Bien sûr. Amère? Of course. Je trouve les gens cheaps, égocentriques et « petits ». Suis-je étonnée? Non.

Je me tire dans le pied? Je me fais des ennemis? Je viens de m’exclure de toutes les cliques, à vie? Franchement, je m contrecâlisse des répercutions de ce billet. Anyway, ça va probablement passer dans le beurre, comme le reste. Et je suis fidèle à moi-même: je ne ferai pas semblant, jamais.

Je tiens par contre à remercier de tout coeur ceux et celles qui ont ont été solidaires, dans leurs gestes comme dans leurs commentaires. Sachez que je n’oublie pas.

Ce doux visage…

Je ne te connais pas. Et pourtant, quand j’ai vu ton petit visage endormi, j’ai voulu courir vers toi, caresser tes cheveux, prendre ta main, te sortir de cet enfer. Je ne pouvais pas. « Circulez! » L’espace d’une fraction de seconde qui m’a semblé éternelle, tu m’as rappelé ma fille lorsqu’elle dort, en sécurité dans sa chambre, et que je lui vole un baiser avant de me coucher.

J’ai poursuivi ma route, hantée, le coeur en désarroi. Hier soir, j’ai fait ce que je n’avais pas fait depuis des lunes. J’ai prié pour toi, très fort. Et puis j’ai rêvé de toi, petite poupée inanimée. Tu as lutté pour ta vie. J’espère que tu es partie doucement.

À ta maman et à ton papa, j’offre mes plus douces pensées. Et à toi, un câlin lancé vers le ciel. Je ne t’oublierai jamais.

 

Lancement à Québec

Voici les détails pour le lancement de Sous la toge 2, à Québec. J’espère vous y voir en grand nombre!

Mardi, 21 septembre, 17 h à 19 h, Charlotte Lounge (Bar Le Maurice), 515, Grande-Allée Est

(désolée, je suis incapable de mettre l’invitation en gros mais si vous cliquez dessus, ça devrait aller…)

invsouslatoge2comqc.jpg

 

Blanche-Neige chez les loups

Il était une fois…

Car les contes de fée débutent tous ainsi, non? Mais là, juste après l’amorce, qui n’a pas un fond de Dexter en soi? Vous savez, le psychopathe tueur en série justicier super attachant? Non? Personne? Ben moi, ouiiiiii!

Je suis la Dexter de ma vie. Je tronçonne, charcute, assassine et flush. Avec ce sentiment fou – mais probablement déjanté – de faire Ze Right Thing.

Et schnoutte… je suis pas mal seule de ma gang. Et, ultimement, je paye le prix. 

Mais bon. Ma vie n’est pas une série américaine qui cartonne. Elle passera donc sous le tapis.

Quand même.

Dexter et moi. Même combat.

Les mangeux de puck (et le poisson pilote… et la guidoune)

(Allégorie de hockey. Car on a beau grandir et se la jouer « culturé », on ne chasse pas la fille des arénas si facilement… Mais je pourrais vous l’écrire en faisant allusion au basket ou au volley, mes deux autres grands amours sportifs. Remplacez puck par ballon et tutti quanti.)

Aussi loin que ma mémoire (désormais moins efficace) peut remonter, j’ai toujours détesté les mangeux de puck. Savez, ceux qui, convaincus d’être tellement too much talentueux, partent droit devant, convaincus qu’ils vont scorer? Sans regarder ce qui se passe autour? Sans remarquer que ti-brun moins glamour a beaucoup plus de chance de faire le but? Ben non. Le mangeux de puck, il est ben trop cool pour se rendre compte que le zouf inconnu – mais crissement bien placé – pourrait faire le point. Et qu’en bonus, notre zouf serait tellement reconnaissant qu’il donnerait une grande partie du mérite au mangeux de puck!

(Là, allégorie ichtyenne en souvenir de l’immense aquarium qui trônait dans le salon de mon enfance)

Et puis il y a le poisson pilote. Quand la température de l’eau fait son affaire, il est là, et il colle au train du gros poisson qui ose foncer dans le tas. Il se frotte et il flatte le gros poisson afin de récolter chaque miette qu’il peut. Vous ne le verrez jamais se mettre en danger. Mais citron qu’il a des projets! Entre-temps, il suivra votre sillage. Et le matin où il apercevra un plus gros poisson, bye bye! He’s (or she?) is gone…

Finalement – je n’ai pas vraiment envie de faire une allégorie – il y a la guidoune. Need I say more? Dis-moi que je suis belle (beau), fine (fin), intelligente (intelligent), que je suis donc unique, classy, populaire, groovy, funny, unique.

(Ben voyons, Nat! Tu as 44 ans! T’as vu neiger. Pis en plus, tu as travaillé avec des avocats… T’es vraiment étonnée de ça???)

Ben… oui. Et tant mieux pour moi.

Je vais donc inventer une nouvelle catégorie, juste pour moi. In your face, qu’elle se nomme, la catégorie. Et je me décrète de facto présidente fondatrice. Et j’ai quelques noms en tête pour former le premier C.A….

P.S. Lorsque j’écris ce genre de texte, j’omets les italiques.

R.P.S. Je sais bien que ça ne change rien d’écrire ça. Mais ça fait du bien le temps que ça dure :-/

 

 

 

 

 

Invitation au lancement de Sous la toge 2 à Montréal

J’avais hâte de vous l’annoncer! Le lancement de Sous la toge 2 aura lieu le jeudi 16 septembre, à compter de 17 heures, au Monument-National. Comme je suis très active sur Twitter et sur Facebook, les gens de Librex et moi avons pensé ouvrir les invitations à une cinquantaine de « copains virtuels ». Comment faire? Pas compliqué… je prendrai vos réservations, dans les commentaires. Dites-moi si vous serez accompagné ou non, et voilà! (Prenez note que, dans le cas de cette invitation publique, les R.S.V.P. ne se font QUE sur mon blogue)

Une belle soirée en perspective, promis juré.

Alors, ça vous tente? :-) ))
invsouslatoge2com249.jpg

Un gars, une fille… et une auteure!

Je suis ravie, vraiment, des commentaires reçus au sujet du premier clip. Sur Twitter, sur Facebook et ici, vous avez été nombreux à me dire que vous aimiez l’idée. Je suis consciente de sortir des sentiers battus en optant pour cette approche. J’espère alimenter une discussion, un échange, à ce sujet. Mais pour l’instant, je brûle d’envie de vous offrir…

Sous la toge 2, le clip 2! 




Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Post scriptum
| Partager des mots
| catherinerobert68