Archive mensuelle de avril 2010

Mononcle Jean, raconte-moi une histoire…

J’aime quand Jean Charest arbore son look indigné de vierge offensée. Il savoureux, l’ami Johnny. Impayable. On lui donnerait le bon dieu en confession, non? Jean a de la grosse pepeine parce le méchant monsieur qu’il a jadis nommé ministre de la Justice a dit des affaires pas fines. (Vous aurez compris que, lorsqu’on me prend pour un enfant de cinq ans, j’adopte le ton approprié. Suis polie.)

Alors Jean dit: faisons une enquête publique sur la nomination des juges. Et les amis disent: quelle bonne idée!

Jean dit: on ne peut pas tolérer que le système de justice soit ainsi entaché. Et les amis disent: oh, qu’il est droit et fort!

Jean dit: pas besoin d’enquêter sur le financement au parti libéral car nous sommes ben ben sévères là-dessus. Et les amis disent: il doit savoir de quoi il parle, c’est le « cheuf », après tout!

Les amis, satisfaits et repus, s’en retournent écouter la Poule aux Oeufs d’or…

***

Puis-je faire une prédiction sur les conclusions de cette enquête? C’est quasiment aussi facile que de prédire le résultat de la série Montréal-Washington… »Il n’y a pas eu d’irrégularités apparentes dans le processus de nomination des juges, d’avril 2003 à avril 2004, alors que Me Bellemare était ministre de la Justice. » À moins que l’ex ministre – et ex-candidat à la mairie de Québec – ait enregistré les conversations qu’il dit avoir eues avec le premier ministre, bonne chance pour prouver quoi que ce soit. Ce n’est comme si Patof avait été nommé juge! Ou Rambo…

En résumé: il y a appel de candidature (10 ans minimum au Barreau + dossier sans taches), puis pré-sélection par un comité formé de plusieurs membres, puis liste des candidats choisis soumise au gouvernement qui prendra la décision finale. On s’entend que, rendu à cette étape, les chances que des semi-zoufs soient sur la liste sont assez minces. Ce qui fait que le choix que fera le gouvernement peut difficilement être contesté. Ce n’est pas parce que Untel est un militant de tel parti qu’il ne peut pas être juge. Ou qu’Unetelle est l’épouse d’un ministre… On pourra bien extrapoler tant qu’on veut sur ces questions, ça ne servira qu’à détourner l’attention des vrais enjeux actuels.

Jean Charest doit tellement rire dans la barbe qu’il n’a pas. Quelle magnifique occasion d’avoir la poque et de feinter! Pendant qu’on s’obstinera sur l’étroite et limitée question de la nomination des juges, le gouvernement évitera, pour le moment du moins, les écueils annoncés d’une enquête sur l’industrie de la construction et ses liens avec le financement des partis. Je dis bien des partis… On ne parlera pas trop non plus du fabuleux système d’attribution des contrats en matière d’informatique, dossier fascinant s’il en ai un… Et le budget? Quel budget?

Au moins, il reste la Poule. Pis Big Brother. Pis Virginie. Quelle merveilleuse époque nous vivons!

 

Québec, prise 2 (et 3…et 4)

« Au Québec, on est forts! Du talent à revendre. On est partout dans le monde, cibole! » (tiré d’un vox-pop imaginaire fait à la sortie d’un centre d’achat). Vrai qu’on s’exporte bien, les exemples foisonnent. Je ne ferai pas la liste des Coeur de pirate, Cirque du soleil et autres Un gars, une fille. L’envers de cette luisante médaille, c’est la tendance lourde dont nous avons encore un exemple, ce matin, avec l’annonce d’une comédie musicale basée sur… Les Filles de Caleb. Oui, Ovila et Émilie, on stage et en musique. Prenons une pause de quelques secondes et souvenons-nous des scènes qui nous ont le plus marqués…

C’est fait?

(Moi aussi, j’adore les chevaux, en passant.)

Mais au-delà de l’incongruité prima facie de cette transposition, ce qui me pompe l’air, c’est qu’encore une fois, on nous sert du réchauffé en essayant de nous faire croire qu’il y a quelque chose d’innovateur là-dedans. Un pâté chinois, aussi bon fut-il, ça demeure steak-blé-d’Inde-patates. Pas nécessairement envie d’en manger à perpète. Arrêtez de nous refiler les mêmes plats! Il y a plein de « nouveaux cuisiniers » qui débordent de talent, bûchent, suent, persistent et signent… parfois même de leur sang.

Je veux lire autre chose que des histoires de vampires ou d’adolescente cutes, même si ça se vend à la tonne. Je veux voir autre chose que des films formatés par des boîtes qui ont un accès privilégié au financement. Je veux entendre une musique et des paroles originales et non pas une « reprise de l’album de reprises en duo de l’album qui, déjà, reprenait les grands succès de Mors-moi-le-noeud ». Je veux de l’espace et de l’argent, plus d’argent, pour les voix uniques et nouvelles. Plus de Tout sur moi et moins de Virginie. Il y a de la place pour tous.

Je ne veux pas que mon pays ressemble à une chaîne de télévision appelée Prise 2.

Dédoublement

Je tourne et retourne la question dans ma tête depuis un bout de temps: ce blogue est-il bicéphale? Et si oui, est-ce une bonne idée? Il y a un peu plus d’un an, mon but premier était de jaser littérature. Sous la toge venait d’être publié et tenir un blogue où je pourrais discuter du roman et de mes autres projets d’écriture me semblait aller de soi. Je pense que c’est toujours le cas. Le tome 2 sortira en septembre et j’ai même commencé à structurer le tome 3, prévu pour mars 2011.

Mais en faisant un retour sur l’ensemble des billets publiés depuis l’ouverture de ce blogue, je me rends compte que ma grande gueule a pris le dessus et que mes écrits, ici, portent plus souvent sur des sujets autres que la littérature. Mes proches vous confieraient probablement qu’ils ne sont pas surpris… Grande gueule un jour…

D’ici les prochaines semaines, je me dédoublerai. Un site d’auteur verra le jour et ce blogue changera d’apparence. Le contenu relié à SLT se retrouvera sur le nouveau site, alors que je conserverai cet espace pour mes coups de gueule et de coeur.

J’espère que vous me suivrez dans les différentes avenues que j’explorerai dans les prochains mois.

Nathaly




Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Post scriptum
| Partager des mots
| catherinerobert68