• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Archive mensuelle de novembre 2009

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le Salon…

J’arrive, là! 

Je défais ma valise, range mes bottes, vérifie l’état des lieux et des enfants (blague, l’Homme a été à la hauteur, comme toujours) et je vous raconte tout.

Mais là, vraiment tout.

Les macarons, uncensored, les pantalons de lamé or (pas moi), les blogueuses, les gentils, les pas fins… et les livres (parce que c’était quand même le Salon du livre).

Priceless.

 

Passez donc au salon…

Je sors de mon cocon et vais me montrer le bout du nez au Salon du livre de Montréal le weekend prochain.

J’y serai en séance de signatures vendredi, de 19h à 20h30, et samedi, de 13h à 14h30, au stand 160.

Je vous raconte tout à mon retour. Promis. Du genre…

Est-ce que je vaincrai ma légendaire timidité et demanderai à Alexandre Jardin de dédicacer mon exemplaire de L’Île des gauchers?

Est-ce que je serai capable de me retenir de faire un gros colleux à Janette Bertrand?

Est-ce que Geneviève Lefebvre et moi aurons un pichet de cosmo caché sous le comptoir?

Au plaisir de vous y rencontrer! : -)

Créer

Comme si je n’étais pas déjà assez prise par le temps…

Vous savez quoi? Le seul truc qui me branche vraiment, depuis quelques jours, c’est de peindre. Ouais. M’installer devant une toile vierge, avec mes pinceaux, mes couleurs, et, partir…

Quand j’écris, je décroche facilement, souvent.

Quand je peins, je me perds. Des heures, des heures, sans faire pipi, sans manger, sans respirer, ou presque.

Je n’ai aucune technique. Jamais pris de cours. Je peins par pur plaisir. Et, parfois, lorsqu’une de mes croûtes se démarque un peu, je l’offre à quelqu’un que j’aime.

Plaisir pur. Rare.

Faque…

Non, je ne suis pas disparue dans un continuum espace-temps.

Mais ces temps-ci, c’est ce qui me manque le plus. L’espace. Le temps. Une chambre à soi, de Woolf.

J’accroche des bouts de vous, ici et là. Mais plus rarement. Je délaisse mon blogue, les blogues, en général. Une phase. Vous me manquez.

Mon cerveau passe de l’ébullition à la mer morte. J’écris dix romans en même temps, puis aucun. 

Taisez-moi. Ça ne se dit pas vraiment bien, I know. Mais ce sera tout de même le titre du roman que j’écrirai après la trilogie.

Me suis fait vacciner, avec toute la smala. Nécessaire, ici, car il y a un poussin qui a le coeur fragile. On l’entoure donc de nos barrières antivirales. C’est aussi ça, l’amour.

Je redécouvre Miron, avec émotion. Je marche à lui, je titube à lui. Pas à Yann. À Gaston. Quoique… ;-) (Blague de vieille matante qui fait un clin d’oeil crasse en poffant la clope qui tient seule, au coin de sa bouche)

Je suis toujours là.

Faque, c’est ça qui est ça.

 

 

 




Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Post scriptum
| Partager des mots
| catherinerobert68