• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Archive mensuelle de octobre 2009

Les femmes de ma vie

L’une a 40 ans, aujourd’hui.

L’autre subissait, à cette date, il y a un an, une opération pour retirer une tumeur cancéreuse de son sein.

Toutes les deux ont partagé mes joies, mes peines, mes succès et mes échecs, tout au long de ma vie.

Ma petite soeur.

Ma petite maman.

Deux grandes femmes.

Je vous aime. 

axaib5ge.jpg

Papa, Buddy Cloutier et moi

** Avertissement: ce billet ne portera pas sur la littérature, ni sur les grandes questions existentielles du genre Où vais-je, me peux-je? Le prix Nobel d’Obama? Une autre fois, peut-être. Car aujourd’hui, chers amis on va parler des vraies affaires. On va jaser hockey, ok? **

Il y a exactement 30 ans aujourd’hui, les Nordiques de Québec disputaient leur tout premier match dans la « grande ligue », après 7 ans et une coupe Avco dans l’AMH. C’était contre Atlanta et nous avions perdus 5 à 3.

Vous avez remarqué le « on »?

Je suis née à l’ombre du Colisée de Québec, ou presque. J’y ai passé une bonne partie de mon enfance. Comme pour beaucoup d’autres p’tits morveux, le hockey faisait partie de mon quotidien et les Nordiques faisaient figure de cinquième membre à la tablée du dimanche. En tant que fille, je ne pouvais pas jouer à ce sport que j’adorais (je suis née en 1966, alors oubliez ça les questions d’égalité et d’accessibilité). Je me suis défoulée à la ringuette, au basket-ball et au volley-ball. Mais ça ne m’empêchait pas d’en manger, du hockey. À l’époque de l’AMH, mon grand plaisir consistait à assister aux pratiques des joueurs avec mon papa, la face collée sur la baie vitrée, mon petit cahier d’autographes en main. Nous n’étions pas légion, les fifilles. Ce qui avait l’immense avantage de me faire ressortir du lot. Du coup, les joueurs prenaient le temps de venir écrire un mot dans mon petit cahier. J’avais 8-9 ans. Je collectionnais les cartes de hockey et, par un jour glorieux, en mâchouillant la gomme poudrée qui venait avec, j’ai aperçu LA carte dans le paquet que je venais de déballer. Réal « Buddy » Cloutier! OMG! Mon petit coeur n’a fait qu’un tour et j’étais tellement énervée que j’ai été obligée d’entrer chez Zicat, les 5-10-15 du coin, pour demander d’aller faire pipi. Et pour appeler papa, aussi. Incapable d’attendre d’être à la maison pour lui dire.

J’étais là quand Rick Jodzio, des Cowboys de Calgary (AMH), a pratiquement mis fin à la carrière de Marc Tardif. Violent. Ce fut d’ailleurs, si je ne m’abuse, l’une des premières fois qu’un joueur de hockey était formellement accusé au tribunal pour un assaut effectué sur la glace. Mais moi, les batailles, ça ne me faisait ni chaud ni froid. Je vibrais au son des lames glissant sur la glace autant qu’à celui de la foule en délire.

Les soirs de séries éliminatoires, installée avec mon père au salon, chacun gardant superstitieusement l’exacte position de la veille s’il y avait eu victoire de nos bleus chéris, sont gravés à jamais dans mon coeur. Et que dire du verre d’eau « pitché » sur l’écran de la télévision parce que LE BUT D’ALAIN CÔTÉ ÉTAIT BON.

Et des dizaines de moments comme ceux-ci. Je passe volontairement sous silence mon amour inconditionnel du numéro 32, Dale Hunter. Me suis trop fait tirer la pipe avec ça.

Pourquoi je replonge dans tout ça? Probablement en raison de cet article . La petite fille de 9 ans ne se cache jamais bien loin derrière la grande nostalgique de 43… C’était hier, j’vous dit!

Dis papa, on s’achète un billet de saison?




Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Post scriptum
| Partager des mots
| catherinerobert68