• Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

Archive mensuelle de juillet 2009

Les affres de la création

C’est confirmé, je n’ai pas l’écriture extatique. Oh que non, mon capitaine ! L’acte s’apparente plutôt à de la torture dans mon cas. L’Homme, depuis qu’il a constaté que je m’étais remise à la rédaction de Derrière le rideau, garde profil bas. Pas fou. Il a « vécu » l’écriture de Sous la toge, alors…

Je crève de jalousie quand je lis les auteurs qui relatent leur processus d’écriture en pimentant le tout d’expression comme « grand bonheur », « expérience ultime » ou encore « fusion entre la tête et l’âme ». Non mais, l’amour tantrique tant qu’à y être!

Dans mon cas, l’expérience me rappelle étrangement l’accouchement de ma petite dernière, à froid. Des douleurs intenses, peu de répit entre elles, des poussées olympiques, puis, ô joie, il y a finalement quelque chose qui sort. Sauf que « l’expulsion » de ma fille a duré quelques heures. Nuance.

Alors pourquoi écrire, me direz-vous? Parce que je ne peux pas faire autrement. Oh! Le gros méchant cliché là! C’est pourtant vrai. Parce que l’histoire s’articule dans ma tête, que les personnages prennent le dessus sur moi et que, si je ne les couche pas sur papier, ils m’empêchent de dormir. Ils tolèrent une certaine paresse, s’accomodent des délais, mais il vient un temps où ils occupent tellement de place dans ma vie que je n’ai d’autre choix que de les « accoucher ». Ouch. Bobo.

N’allez pas croire que je me plaigne. Je me considère extrêmement privilégiée d’avoir été publiée un première fois et d’avoir en poche deux contrats pour la suite des choses. Mais avec vous, j’ai bien droit de me la jouer un peu moumoune, non?

Et en plus, je suis en plein SPM, puissance 10…;-)

 

 

Nostalgie, hormones et autres sujets trépidants…

Il n’y a rien comme de voir un show en plein air par les créateurs du concept de show de boucane, j’ai nommé KISS, d’être témoin de la perte de conscience de son aîné dans une foule, d’aller reconduire le dit ado dans un camp de vacances pour la première fois, tout cela dans un délai de 48 heures, pour vous chambouler le dosage hormonal et vous précipiter dans un état pas loin de l’Alabama…

KISS, c’est ben ben quétaine, I know. J’assume totalement. Le prétexte officiel: je devais y amener fiston, en souvenir de son papa qui adorait le groupe et qui se déguisait en Gene Simmons pour faire des shows dans sa cour avec ses amis. De plus, la chanson qui jouait la première fois que le papa en question est venu me demander de jouer au billard avec lui, c’était I Was Made For Loving You. Je trouvais chouette d’aller vivre ça avec Ado Chéri et l’Homme qui, lui aussi, a un fond de Kiss Army en lui. Et Gab, l’aîné de l’Homme, s’est joint à l’aventure, bien qu’un peu suspicieux… Tout baignait ou presque ( je n’élaborerai point sur el twitto devant moi dans la foule, me suis promise de rester calme). Tout à coup, sans crier gare (mais bon qui crie gare, je vous le demande?), Ado Chéri se tourne, se penche et s’effondre tête première dans la clôture. Panique, confusion. On le soulève, je crie comme une perdue, il a l’air complètement perdu, l’Homme prend les choses et l’Ado en mains, on le sort du magma humain nous entourant, on nous emmène par l’allée centrale jusque devant la scène, je panique encore un peu, je résiste à la tentation de crier Rock N Roll à Paul Stanley qui est maintenant à quelques pieds de moi et un gentil ambulancier qui a l’air d’avoir 12 ans s’occupe enfin de fiston. On respire. Ça va. 

Pourquoi je vous raconte tout ça? Sais pas. Les hormones, ouais, je miserais sur le débalancement hormonal qui fait que j’ai la larme à l’oeil en regardant des pubs de Pampers ces temps-ci…

Sur la route qui nous menait au Camp Trois-Saumons fiston et moi, à travers les jokes plates dont seuls lui et moi avons le secret, je l’observais à la dérobée en me disant, pour la millionième fois en peu de temps, mais où sont passées les années? Et soudain, ça m’a frappée. Elles étaient là, toutes à la fois, dans l’instant que nous vivions. Nous les portons en nous, lui et moi. Notre histoire, faite d’amour parfois teinté d’incompréhension, de sourires, de conflits, d’inconditionnelle solidarité, dans le malheur comme dans le bonheur. Et c’est avec une immense bouffée de tendresse que je l’ai laissé aller vivre sa vie sur les bords d’un lac magnifique où je sais qu’il passera les deux plus belles semaines de sa vie.

Et moi, ben, vais me faire faire un dosage tiens… ;-)
 

And the winner is….

Vous êtes fous! Et drôles.

Le jury a craqué pour une photo qui porte en elle l’avenir de notre société ;-) )) Si jeunes, et déjà, on lit sur leurs visages éblouis, toute la passion littéraire déclenchée par SLT.

Non mais avouez qu’ils sont mignons et qu’ils ont l’air de s’emmerder royalement!

Maryse Chouinard, éducatrice dans un CPE de Québec, est la gagnante du concours et se verra remettre sous peu, Ze Cadeau.

Merci à tous!

hpim3591.jpg

9 juillet 2009, 12h, terrasse chez Ô Chalet, Mtl

Figer ces moments dans le temps. Les immortaliser. Leur donner la valeur qui leur revient en les enfermant dans l’écrin du souvenir. Les ressortir lorsque nécessaire. Les jours gris, les matins tristes, les fins de soirées orageuses. Se les rejouer en cinéma intérieur lorsque le doute revient. Au besoin, les ériger en bouclier.

J’cours les concours… 2. Ze cadeau.

Curieux que vous êtes! Pire que mes enfants: « Qu’est-ce qu’on gagne, qu’est-ce qu’on gagne? »

Ben ça. Ça vous va? Le choix des restos, que ce soit à Mtl, à Québec, en Estrie, etc. est vraiment chouette. Z’êtes contents là? emoticone

 degustationbig.gif

Découvrez les spécialités des boutiques d’alimentation, des restaurants et des pâtisseries du Québec avec le Coffret Dégustation©. Ce coffret est un must pour toutes les personnes friandes de délices culinaires. D’une dégustation de foie gras à l’appréciation de chocolats fins, des thés d’Asie aux fromages du Québec, des tapas au vin, des pâtisseries aux produits régionaux, le choix est sûr de plaire à tout épicurien.

Le détenteur du Coffret Dégustation© pourra sélectionner lui-même son offre préférée. Choisissez parmi 30 établissements partout au Québec (disponible bientôt au Canada), proposant des dégustations originales et plusieurs offrant même de rapporter une sélection de leurs produits chez vous.

À l’intérieur du Coffret se trouve un guide présentant les établissements partenaires, ainsi qu’un certificat, sans valeur nominale, échangeable contre une dégustation pour 2 personnes dans un de ces « savoureux » établissements.

guide coloré détaillant le profil de chaque établissement sur une double page et décrivant son offre exclusive est inclus dans le coffret.
-->Tout est inclus dans le forfait, y compris les taxes. Seul le pourboire et d’éventuels extras commandés sont en sus.

J’cours les concours, y paraît que j’ai toute pour…

L’idée m’est venue il y a quelques semaines. Un confrère de travail de l’Homme est parti à Cuba avec SLT et nous a fait parvenir des photos de lui, sur la plage, avec mon roman. Ça m’a plu. L’ego d’un auteur, direz-vous. Peut-être. Mais j’ai surtout aimé l’idée de « voyager » avec vous. Puis une lectrice m’a dit l’avoir lu à moitié en Grèce, l’autre moitié en Turquie. Pour une maniaque de voyage comme moi, c’est trop top!

Donc. Disais-je. Je lance un concours, là, sans prétention. Vous avez lu SLT? Vous le lisez, là ? Vous ne l’avez pas encore lu?!?!? Non, mais, franchement… (Joke. Humour)

Faites-moi parvenir une photo de vous, de votre amie, de votre fille ou de votre toutou préféré en train de lire SLT. Oui, la Serbie, c’est exotique, mais votre cabinet de toilette peut l’être tout autant. Allez, on s’amuse.

À gagner, un truc vraiment chouette. Genre repas dans un resto super cool. Pis là, pendant votre repas, alors que vous dégustez, j’arrive, vous fais la bise, on jase, on se lie, on trinque, on se découvre des ancêtres communs. Le bonheur, quoi!

Ben non, juste le resto. Vous ne serez pas déçus, promis. Épicurienne comme je suis, je ne vais pas vous offrir la Roulotte à Germaine quand même.

Vous avez jusqu’au 12 juillet, minuit, pour me faire parvenir vos photos.  Pourquoi le 12? Parce que c’est mon anniversaire de naissance et que ça me permet de le glisser, comme ça, l’air de rien…

P.S. Je me réserve le droit de publier les photos sur ce blogue, d’ac?

MAJ: Si vous avez de la difficulté à faire parvenir vos photos, vous pouvez les envoyer à l’adresse suivante: souslatoge@videotron.ca.

Singing in the rain and blowing my own horn…

Désolée pour le titre en anglais mais… Je chante sous la pluie en soufflant dans mon propre cor me semblait, mettons, moins joli. Vous me pardonnez, d’accord?

Je n’ai pas l’autocongratulation facile. Je suis ma pire critique et mon plus sévère juge. Mais là, je fais exception…

Sous la toge est actuellement dans les 10 meilleurs vendeurs chez Québec Loisirs. En 7e place, plus précisément. Je suis à la fois surprise et fière. Ce qui m’a frappée, c’est que SLT est le seul roman québécois, »perdu » à travers des géants comme Millenium 1 et 2, et Twilight 2,3 et 4. Comme je le disais sur ma page FB, je me sens comme un petite Gauloise face aux légions romaines.

And I like it!

La vie m’est chère, belle et précieuse.

Il y a des ces moments, bénis entre tous, où une limpidité de vue s’installe dans le chaos. Des instants de grâce où l’enfant et l’adolescente que nous fûmes viennent à la rencontre de la femme que nous sommes devenue pour l’étreindre et lui confier, au creux du coeur, qu’elle a fait ce qu’elle devait faire. Que ses choix ne furent pas tous, à première vue, des plus judicieux. Du moins pas toujours. Mais qu’importe. Que si elle est là, en ce moment, en cet endroit précis, c’est que les détours ont été bénéfiques, les erreurs, porteuses de liberté, et les pieds-de-nez, nécessaires.

Beaucoup de morts en peu de temps. Du très connu à l’anonyme. Est-ce (je pense que je devrais dire sont-ce, mais je trouve ça très laid) ces départs qui éveillent ce qu’il y a de plus vivant en moi? Peut-être. J’ai vu des vies interrompues trop tôt, comme tout le monde. Celle du père de mon ado chéri. À 28 ans. Bêtement. J’oublie parfois son plus bel héritage, outre l’ado précité, qui en est un d’amour, de liberté et de tolérance. Merci Pierre. ;-)

Mais c’est peut-être aussi le fait de s’arrêter, de sonder le regard de mes enfants et d’y retrouver une part de moi, une part de leurs pères respectifs, mais également, quelque chose de totalement unique à eux, qui fait que j’ai envie de célébrer la vie? La sagesse et l’humour de Jérémy, l’intensité et l’intelligence d’Alexandra, leur beauté, leur chaleur, leurs magnifiques défauts et leurs sublimes qualités.

I am a very lucky woman. Very, very, lucky woman.




Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Post scriptum
| Partager des mots
| catherinerobert68